L’Influence Marketing ou marketing d’influence : pourquoi, comment, avec qui ?

Véritable tendance incontournable du digital marketing pour les marques et leur business,  le marketing d’influence est une méthode de communication qui répond aux grandes problématiques que rencontrent les marques pour communiquer auprès de leurs cibles consommateurs sur les médias, principalement sur les réseaux sociaux, il vise à influencer leurs choix sur des achats de produits, services et destinations de voyage.

L’influence marketing vient compléter la palette du marketing digital traditionnel et ses leviers On-site, SEO, SEA, SMO, l’Emailing, le retargeting, le programmatique, l’automation,,les marketplaces mais surtout, il appartient et vient enrichir  le Social Media marketing,  participe grandement à l’inbound marketing.

L’Influence Marketing en quelques mots :

Pour répondre et capitaliser sur une méthodes de communication efficace à forte audience, les marques doivent faire preuve de créativité pour séduire et captiver les consommateurs exigeants,  réfractaires aux publicités intrusives. Utiliser des influenceurs & blogueurs permet de crédibiliser une campagne Social Media & digitale avec un message qui crée du lien, authentique, relayé par un leader d’opinion suffisant pour influencer et créer un boost sur les engagements et les conversions sur les ventes..

Depuis la  crise sanitaire causée par le Covid-19, l’audience les réseaux sociaux a fortement progressé auprès des publics consommateurs , leurs comportements face aux médias, face à nos dirigeants et aux marques en a été modifié en s’inscrivant dans un climat de défiance !

Qu’est-ce qu’un influenceur  ?

Un influenceur  (influencer) ou une influenceuse désigne toute personne qui dispose d’une notoriété sur une thématique spécifique sur le web et les réseaux sociaux. Ils produisent, créent des contenus qu’ils diffusent sur les réseaux sociaux en fonction des briefs proposés par les marques, les agences de communication, les annonceurs, leurs travails consiste à faire du bruit via les médias, principalement sur les blogs et les réseaux sociaux.

Les blogueurs (Bloggers) influenceurs ont été les premiers influenceurs du monde digital à partir des années 90 puis le phénomène s’est amplifié avec l’arrivée de GOOGLE en 1998 et la naissance du “peer to peer” avec Napste (pionnier des services de partage de fichiers audios & fichiers musicaux au format MP3.. 

Le premier média social est né en 2001 avec RYSE.COM, premier réseau social professionnel, suivi de MYSPACE en 2003, les premiers utilisateurs étaient des groupes de musiciens puis c’est devenu une plateforme de contact entre les groupes de music et leurs fans,  c’est aujourd’hui 125 millions de visiteurs uniques par mois dans le monde.

Arrivée de Facebook en 2004, puis de Twitter en 2006 et SLIDESHARE, c’est à ce moment la que les réseaux sociaux ont commencé à se démocratiser grâce à la démocratisation puis à  l’avènement des Smartephones et des application pour mobile.

Les réseaux sociaux, plus que tout autre média, permettent très facilement  un gros volume de connections avec la parution & la publication de contenus, les conversations, les partages,  privés, publics, d’actualités, d’associations, de marques etc.

 Quelles sont les catégories d’influenceurs ?

Les influencers sont des leaders d’opinion qui génèrent suffisamment d’audience auprès de leurs followers avec un esprit de persuasion suffisant  pour influencer les relations, influencer l’opinion, ils comptent parmis les grands acteurs de la Digital transformation :

– Les méga-influenceurs ou célébrités : très populaires, elles disposent d’une large communauté et permettent une plus grande visibilité et notoriété : ils ont plus d’un millions de fans qui les suivent

– Les macro-influenceurs : leur audience est beaucoup plus engagée et proche de leurs intérêts, ils apportent pertinence et cohérence : ils ont 0,1 à 1 Million de fans qui les suivent

– Les micro-influenceurs : ils ont peu d’abonnés, mais sont appréciés pour leur authenticité et leur proximité : ils ont 10 K à 100 K de fans qui les suivent

– Les nano-influenceurs : Ils ont moins de 10 k influenceurs qui les suivent

Quelles sont les cibles d’influenceurs  ?

  • Les baby boomers : il y a débat, nous avons ceux nés entre 1944 et 1953, ce sont les Baby boomers 1, les Baby boomers 2, sont ceux nés entre 1944 et 1971, communément appelé la génération des soixante-huitards, c’est la génération dont on parle dans les débats publics, : avoir 20 ans au début du XXI siècle, c’est l’avenir de progrès, la croissance, tout cela a suscité de vrais angoisses
  •  ils ont vécu dans la prospérité économique et le progrès social & technique. Ils sont voués à une société hiérarchique, le sens de l’effort, l’ordre, la consommation de masse s’installent avec eux. Ce sont des voyageurs, mobiles surtout pour aller voir la famille. un peu sectaires et égoïstes, c’est la génération du “Je” et de l’égo ! Ils sont aussi idéalistes et rebelles. Les Baby-boomers sont parfois opportunistes, souvent autonomes et mettent un point d’honneur à maîtriser la technologie. C’est une génération innovante, défricheuse, inventive.
  • La génération X : née entre 1960 et 1980 C’est les enfants rois, ils ont grandi dans une certaine aisance, ils prônent la qualité de vie. Ils sont Cross-générationnelle. Première génération a avoir grandi avec les jeux vidéos, connu la crise depuis l’école primaire, vécu en collocation et débuté sa carrière par une série de stages est en train de rapidement occuper les directions des entreprises tout en utilisant davantage les réseaux sociaux que toute autre génération. 
  • La transformation digitale des entreprises n’est pas dirigée par les Millenials mais bel et bien par la génération X, celle des laissés pour compte, celle qui n’a jamais eu de conférences ou de groupes de travail à leur sujet ! C’est vrai que l’on entend pas parler de ce groupe culturel. Tout le monde veut parler des Millennials
  • Nielsen s’y met en confirmant que la génération X est la plus connectée  en utilisant les réseaux sociaux 40 mn de plus que la génération Y ou la génération Z !
  • Les membres les plus âgés de la Génération X vont encore rester dans la population active pour 10 ans. En d’autres mots les X sont les nouveaux Baby-boomers.
  • La génération Y  (Millenials ou WE-I génération) : née entre 1980 et 2000, ils sont avides de liberté, transgressifs, rebelles, déçus par les idéologies, ils banalisent la mobilité, sont impatients et représentent ⅓ des actifs, hyperconnectés, ils sont 63% à se connecter chaque jour sur les réseaux sociaux, ils consomment de moins en moins les canaux traditionnels comme la radio ou la télé. Les réseaux sociaux représentent donc un véritable challenge pour les marques. ils vivent au quotidien une expérience globale de l’information et de la culture, il faut bien prendre en compte le fait que leur présumé individualisme fait toujours partie d’une logique de réseau.  Motivés par le multiculturalisme, ils véhiculent des valeurs d’ouverture et de partage, à travers notamment le développement du collaboratif – qu’il s’agisse de plateformes de crowfunding ou d’espaces de co-working, par exemple.
  • Chez eux, les innovations doivent être mises au service de valeurs sociales.De même, la génération des digital natives se sent plus concernée par les questions de libertés numériques, et notamment de respect de la vie privée, qui passe en premier lieu par la protection des données et la problématique de l’anonymat. En quête de ralentissement et de havre de paix, cette détox digitale passe par des initiatives telles que la journée nationale de déconnexion, qui a lieu en mars depuis déjà cinq ans.
  • C’est bel et bien l’expérience qui prime. Imprégnés par le « more with less » et promouvant une forme d’hédonisme, les Millennials veulent retrouver ce simple moment de convivialité partagé, aboutissement de leur quête de mieux-être et de libération de soi.
  • La génération Z : née entre 2000 à 2020, ils représentent près de 30% de la population mondiale, nés après google, ils ont connu uniquement les smartphones, le wifi et ont vécu dans une période d’instabilité financière, de croissance moins longue et dans un climat baigné par le terrorisme. ils fréquentent en moyenne 2,4 canaux de recherche et vont moins sur les moteurs classiques de recherche. Ils cherchent à se singulariser. Ils recherchent le Prisx à 60% et la qualité à 47%. Ils s’intéressent à la provenance (21%), le fait que se soit unique (15%) à la mode (15%), il est important pour eux d’avoir un style unique (14%)

Quelles sont les obligations des influencers avec les marques ?

L’influencer, le blogger, s’engage avec une marque et son agence, par contrat ou moralement avec un mail,  à participer à un ou des événements  correspondants aux  temps fort de la marque, en fonction du brief qui lui a été fait. 

Il doit répondre  sur un planning digital media de publications sur ses réseaux et son blog  intégrant,  un volume de parutions comprenant possiblement de la video créative,  un podcast ou des podcasts, des publications (sans faute d’orthographe), un ou des billets de blog avec  un  hashtag ciblé sur l’évènement, les hashtags sur la thématique souhaitée,  un jeu-concours timeline, sur les réseaux sociaux et son blog, plus l’envoi d’un reporting analytics de ses actions à la fin de l’événement ou 15 jours à un mois après, le temps que toutes ses publications ai pu être appréciées par ses followers..

Comment choisir ses influencers ?

Les agences de communication des marques, sourcent leurs influencers & Bloggers en fonction de leur curriculum,  généralement sur une plateforme de monitoring / site,  intégrant un dashboard dédié pour chaque influencer, elles doivent se dire qu’il devrait influencer,  elles évaluent :

– leurs audiences Social media en identifiant les réseaux sociaux  sur lesquels ils s’expriments, leurs buzz, la taille de leurs communautés de followers et  l’engagement qu’ils génèrent sur leurs publications

–  leurs audiences blogs,  avec nombre moyen de visite / connection  mensuelle sur les 6 à  12  derniers mois, leur taux de rebond et l’engagement générés sur leurs billets de blog (articles)  publiés 

– leur région ou leur pays d’influence

– leurs thématiques de référence : Gastronomie, Food,  voyages,  lifestyle, Pet food, voiture, jeux etc.

– leur créativité avec leur qualité de contenus publiés sur les médias sociaux et leurs blogs

– leur évaluation sur le marché avec leurs diverses collaborations

– leur influence  & expérience sur l’Ecommerce 

– leurs nationalités

– leurs langues d’expression ( langue française,  anglais,  allemande, italienne, portugais, etc. )

– U portfolio s’ils en ont un

– Leur historique market place

– leur leadership

– Leurs expériences relations presse

– Leur expérience tech

– leur Education

Les agences peuvent aussi sourcer leurs influencers & bloggers en one to one en s’aidant d’outils analytics & google analytics  pour évaluer leurs audiences, leurs engagements, leurs volumes de mentions générées  géolocalisées.

Quelles sont les exigences des marques vis à vis des influenceurs ?

Point sur l’orthographe et l’expression écrite :

Les influenceurs doivent avoir une certaine facilité avec la langue française, les marques ont horreur des fautes d’orthographe, des fautes de grammaire, des fautes sur les rimes, les mots clés, des fautes sur  les conjugaisons, sur les synonymes des mots,  notamment avec les influenceurs étrangers, le français écrit ou parlé doit être impeccable, les mots et expressions utilisées doivent se référer au dictionnaire Larousse de  la langue française, dictionnaire des synonymes et antonymes, dictionnaire des homonymes, dictionnaire de rimes,  encyclopédie Larousse,  certifiées par l’académie française, le dico d’’argot  Larousse n’y échappe pas .

Parmis les dictionnaires français sont référents aussi, le grand dictionnaire français et d’ancien français Le robert. 

Un texte littré à son importance dans un billet de blog, c’est un plus s’il peut être encyclopédique !

Les nuances , les verbes, la conjugaison, la synonymie sont d’une grande importance.

Il faut surtout éviter de dire des sottises ou de répandre de fausses informations, c’est abusé,  les marques ne le supportent pas. 

Eviter les répétitions, il faut trouver un équivalent du mot recherché

Il est important d’employer les bonnes significations

les expressions sont les bienvenues, c’est un langage familier, qui crée de l’affect comme “Rebattre les oreilles” à ne pas confondre avec “Rabattre les oreilles “ !

Eviter le torrent verbale, les ratés, les conversations stériles,

Le respect du thésaurus d’un événement est important

Être bilingue ou multilingue est un avantage pour les marques internationales, avec un anglais académique de préférence,  les traductions doivent être justes.

Il est conseillé d’utiliser un vérificateur d’orthographe ou orthographique de la langue française pour les influenceurs étrangers et les bilingues.

Point sur le rôle des influenceurs lors d’un événement :

– il faut partir avec l’idée d’influencer beaucoup, c’est ce qu’attendent les marques, les communautés des influenceurs souhaite de l’authenticité, l’influence sur eux à un caractère primordial pour la réussite d’un temps forts influence évènementiel.

– les volumes et les diversités  des publications sur les réseaux et les blogs sont un critère très important, ils vont permettre de multiplier les engagements et de générer un fort bruit Social Media.

– le suivi et la modération des influenceurs avec leurs communautés sur leurs réseaux est un point très important, il permet le lien, l’affect, l’authenticité

– la disponibilité des influenceurs, leurs implications plaît aux marques !

– les reportings des influenceurs sont très appréciés, ils doivent prendre en compte :

– l’ensemble de leurs réseaux sociaux et blog, leurs audiences, leurs nombre de publications et leur qualité,  leurs engagements

Quels sont les engagements de l’agence de communication ou l’agence de marketing  vis à vis des inluenceurs ?

  1. Désigner les opérations avec un Partner program
  2. Proposer un guide des conversation avec un guide des hashtags sur les Events
  3. Être le porte parole de la marque
  4. Être disponible pour aider, les accompagner, les former sur certains outils
  5. créer un relationnel, une forte confiance
  6. Organiser un suivi

 

Autres articles :

Qui sommes-nous ?

OH T’AS RI ! , une agence Social Media et influence, spécialisée dans les stratégies de prise de parole à mettre en place sur les réseaux sociaux, intégrant une idée de performances et de dépassement des objectifs qui nous sont proposés !

Si vous souhaitez nous briefer, envoyez nous un mail à contact@ohtasri.com, à l’attention de Gilles ou appelez-nous au 01 87 20 00 50.

Au plaisir de vous répondre avec nos premiers éléments de recommandation.

Très cordialement,